Il se passe quoi quand on peint une femme à poil en Inde ?

L’artiste peintre indien Pranava Prakash a été attaqué à Noida (pas loin de Delhi) par 5 inconnus à cause d’une exposition qui présentait ses toiles dont certaines montraient des célébrités de Bollywood dénudées. Les censures sur les photos (barre noire puis les flous) des tableaux de l’artiste sont celles que la presse indienne sait s’imposer…


On les a entendu dire que les peintures de Prakash allaient à “l’encontre de la culture indienne » avant qu’ils n’entrent dans la galerie et qu’ils ne déchirent des tableaux de l’artiste. D’après Prakash, ces gens viennent d’un groupe de droite qui dans le passé avaient déjà protesté contre ses œuvres affirmant qu’elles offensaient leurs croyances.

“J’étais présent à l’exposition dans la soirée lorsque j’ai été pris par surprise par 5 personnes qui sont entrées dans la galerie en criant des slogans. Ils m’ont frappé deux fois, m’ont jeté par terre et ont commencé à décrocher des peintures, puis ont endommagé trois d’entre elles. Les tableaux qui ont été endommagés représentaient la star bollywoodienne Vidya Balan, l’actrice pakistanaise Veena Malik, et le modèle Poonam Pandey » raconte le peintre qui il n’y a pas longtemps avait aussi peint l’écrivain Arundhati Roy nue suscitant une controverse.

Parlons de cette œuvre qui représentait l’écrivain activiste en train de se caresser dans une partie fine à trois avec Ben Laden et Mao Zedong. Le peintre fait une critique sommaire d’Arundhati Roy pour ses positions gauchistes dont son soutien aux Naxalites (une longue enquête de terrain qu’elle a faite pour Outlook parmi les guerilleros maoistes indiens peut se lire ici) et ses accusations sur les violations des droits humains au Cachemire, en particulier sur les populations musulmanes.


Bon finalement, comme j’aime bien Arundathi Roy et que les toiles de Prakash sont plutôt des croûtes je me dis que ça n’est pas si grave qu’il ait subi des attaques de militants de droite (mais où se positionne alors le peintre dans l’échiquier politique entre ses ennemis de droite et son ennemie de gauche ?). Le plus étonnant à mon goût c’est l’existence de ces temples dont les sculptures sont bien plus « osées », mais n’ont pas l’air de choquer contrairement aux mauvais tableaux. Nous ne sommes pas à une contradiction près, mais quand on voit les temples de Khajuraho et la passivité des indiens qui écoutent les commentaires de leur guide qui leur décrit les positions érotiques et acrobatiques de statues aux postures plus que suggestives, on ne peut que s’interroger. Faudrait-il en conclure que ces militants indiens auraient du goût et préfèrent des statues plusieurs fois centenaires à des couleurs criardes dévoilant les formes d’une nudité provocatrice et inutile?

Pourtant, les sculptures de Khajuraho vont même plus loin que des représentations de relations « tolérées », dans ce complexe de temples on y voit un couple homosexuel et même un acte de zoophilie, peut-être que la personne qui se couvre les yeux fait passer le message que cela n’est pas très correct ?

Publicités

A propos kharwest

Nous sommes partis découvrir comment on vivait dans le sous-continent indien. Résultat des courses, une installation à Bombay dans le quartier de Khar West.
Cet article, publié dans Nouvelles indiennes, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Il se passe quoi quand on peint une femme à poil en Inde ?

  1. Ping : Kâma Sûtra dans l’alcôve de la Pinacothèque de Paris (Partie 1) | A Message to India

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s