BeeeehNarès et ses graffs

Bénarès ou Varanasi c’est un peu la ville qui fait rêver tout occidental qui  souhaite aller en Inde. C’est le sentiment d’une immersion complète dans le chaos indien et ses étrangetés. L’odeur forte d’urine humaine qui s’écoule dans les caniveaux, les vastes bouses liquides abandonnées par les vaches dans des ruelles obscures où la lumière ne semble jamais être arrivée, le labyrinthe de la vieille ville à décourager les marcheurs les plus aguerris, les centaines de temples à chaque coin de rue ou encore les boutiques de soies ou de bangles (bracelets typiques de l’Inde, le plus souvent en verre) qui illuminent les ruelles, les petites échoppes d’où parviennent des odeurs de fritures délicieuses…. Bénarès c’est quand même et surtout la ville sainte où passe le Gange et attire de nombreux pèlerins. Cette ville est un endroit sacré, y mourir permettra de faire cesser le cycle des réincarnations pour les hindous. Il y a ainsi de nombreuses personnes qui viennent à Bénarès rien que pour y mourir. On voit aussi certains ghats (les marches qui plongent dans le Gange pour aller y faire prières et ablutions) qui sont utilisés pour les crémations avec des arrivées de cadavres assez régulières. Ces cadavres sont alors placés sur des bûchers sous le regard médusé des touristes étrangers. Cette rive du Gange assure son rôle pour les touristes en quête d’une Inde spirituelle (il faudra un jour qu’ils s’interrogent sur la signification de spiritualité d’ailleurs car celle-ci ne s’achète pas), artificielle (nombreuses drogues disponibles dans cette ville) et photogénique. Les saddhus (hindou ayant renoncé à la vie matérielle et vivant dans la méditation et l’errance) n’hésitent pas à poser devant les gros objectifs Nikon ou Canon moyennant quelques roupies, bienvenue au zoo! Voici un saddhu tranquillement assis devant sa cabane, une cameraman est en train de faire ses images qui se retrouveront probablement dans un documentaire où l’on présentera l’Inde comme un pays incroyable aux multiples facettes…

Comme il est compliqué de raconter cette ville, il faut faire des choix. Découvrons Bénarès sous l’angle de ces graffeurs européens qui n’ont pas hésité à laisser leur marque et ces surprenantes chèvres aux habits élimés parées contre le froid.

MR. SPERME est passé par ici.

SPACE INVADER est passé par là.

Nombreux sont les endroits où l’on peut apercevoir quelques graffs, il y a presque 100 ghats différents répartis sur 7 km, il y a de quoi s’exprimer pour les amis de la bombe à peinture.

Il est vrai que les femmes sont moins présentes sur les ghats, et l’on ne peut guère profiter de leurs beaux saris colorés. Pour pallier l’absence de couleurs les graffeurs sont là.

Voici notre première chèvre devant une œuvre de Yako de Paris.

En chemise, elle porte bien le col, rien à dire.

Et en barque affublée de son plus beau collier.

Publicités

A propos kharwest

Nous sommes partis découvrir comment on vivait dans le sous-continent indien. Résultat des courses, une installation à Bombay dans le quartier de Khar West.
Cet article, publié dans Déambulations, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s