Ganesh Chaturthi à Bombay une fête qui vaut le détour

Le 1er septembre marquait le début de la fête religieuse hindoue la plus importante du Maharashtra. A Bombay en particulier on sent la présence de Ganpati, l’autre nom du dieu Ganesh, dans toute la ville. La célébration du dieu à tête d’éléphant se déroule sur 11 jours. La fête devient spectaculaire le dernier jour lorsque des millions de personnes viennent assister à l’immersion des Ganesh les plus imposants, jusqu’à 9m de hauteur, sur la plage de Chowpatty au sud de Bombay.

Les tensions religieuses existent en Inde mais parfois, le syncrétisme et la tolérance donnent lieu à des surprises. Ici un homme s’offre une sieste devant une cohabitation pacifique du Christ et de Ganesh.

Tout a commencé la veille du 1er où le rez-de-chaussée de notre immeuble a servi d’atelier pour faire des guirlandes d’œillets, dont on n’a pas besoin de préciser qu’ils viennent d’Inde.

Le soir même, avant même le coup d’envoi officiel de Ganesh, les festivités commençaient déjà au pied de notre immeuble. Nous avons compris l’ampleur du phénomène Bapu et l’importance du temple qui se trouve en bas de chez nous.

Dans la rue les Ganesh poussent comme de la mauvaise herbe, des tentes sont dressées un peu partout. En voici un dont le visage n’a pas encore été dévoilé, on va dire qu’il est en attente d’une prière qui permettra à l’esprit de Ganesh de l’occuper avant de montrer son visage.

Le lendemain, nous décidions d’aller du côté de Lower Parel pour aller voir un « grand » Ganesh – 30 pieds de haut cette année – dont la popularité vous coupe l’envie de faire la queue pour les 10 prochaines années, vous allez comprendre pourquoi. Les deux premiers jours, les donations des fidèles ont atteint la modique somme de 150 000 €. Un Ganesh de cette taille revient à environ 5000 €, rien à dire c’est rentable! Sur la route nous découvrions un premier temple dressé pour l’occasion et sponsorisé par une entreprise de BTP locale. Les publicités pullulent, il y a dans la rue une bataille qui est engagée entre les entreprises privées qui financent les temples et les kilomètres de panneaux d’affichage sur le bord des routes mais aussi entre les partis politiques qui sont aussi assez présents pour apporter leur soutien au Ganesh de quartier. Voici un Shiva qui nous invite à pénétrer dans le temple pour aller y voir un Ganesh.

Ce coup ci, nous avons été chanceux, pas de queue pour nous (de l’avantage d’être blanc) et nous avons pu apercevoir notre premier « grand » Ganesh au loin.

Sur la route bordée de nombreux temples, on peut s’acheter des dizaines de babioles, si vous aimez les kolams (dessins faits au sol avec des pigments de couleur) voici ce qu’on peut trouver.

Et maintenant, nous accédons au temple Lalbaugcha Raja qui abrite le Ganesh de tous les records, fallait voir notre tête lorsqu’on a pénétré dans une salle immense rien que pour faire la queue. Et encore on a eu de la chance, il paraît qu’un peu plus tard dans la période de célébration de Ganesh, il peut y avoir jusqu’à 14 heures de queue…

Les indiens sont d’une patience et d’une endurance à toute épreuve.

Une fois passée la grande salle, l’attente n’était pas totalement terminée, nous avons pu nous approcher du Ganesh, lentement…

…mais sûrement.

Retour à notre Bapu et aux festivités de quartier. La célébration pour apporter l’idole dans la mer s’est déroulée le 3ème jour. Un cortège relativement grand s’est formé et la procession s’est dirigée vers Juhu, la plage la plus proche de chez nous. Voici donc le Ganesh de notre temple de quartier qui est « eco-friendly », un Ganesh éco-responsable fait en papier mâché. En général les Ganesh sont faits de plâtre avec des peintures toxiques et lorsqu’ils sont immergés, ils polluent les eaux, bassins, rivières, lacs mais aussi la mer…

Nous avons vu Bapu Aniruddha en chair et en os. Voici son cortège où tout imbibé de pluie il danse sur de la musique qui le célèbre (écoutez les paroles de la musique on entend bien « Bapu ») et il salue ses nombreux fidèles.

Avant de le voir parader, nous avons d’abord assisté au défilé d’immenses posters le représentant, le culte de la personnalité dans toute sa splendeur. Je dois bien avouer que c’est ce que nous avons préféré!

Publicités

A propos kharwest

Nous sommes partis découvrir comment on vivait dans le sous-continent indien. Résultat des courses, une installation à Bombay dans le quartier de Khar West.
Cet article, publié dans Déambulations, Religion, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Ganesh Chaturthi à Bombay une fête qui vaut le détour

  1. Ping : 3, 5 et 7ème jour de Ganesh | kharwest

  2. Ping : 11ème et dernier jour, Elephantmania à Bombay | kharwest

  3. Ping : Durga Puja dans les Bidonvilles de Bombay | kharwest

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s