Dieu comme voisin

Avant d’habiter dans l’immeuble-temple qui se trouve en face du notre, Dr. Aniruddha Joshi, marié, deux enfants, était un homme menant une vie normale. En 1981 il se mit à étudier l’Ayurveda (médecine indienne traditionnelle) ce qui provoqua chez lui un bouleversement, modifiant sa manière d’appréhender le monde. Comment le Dr. Aniruddha est-il devenu Bapu (Bapu signifie le Père, avec une dimension spirituelle bien entendue) réincarnation du dieu Vishnu attirant des milliers de fidèles?

En avril dernier on apprenait la mort de Sathya Sai Baba, réincarnation autoproclamée de Sai Baba de Shirdi. Sai Baba de Shirdi est un saint qui a vécu de 1838 à 1918 dans le Maharashtra. Le saint homme est aussi bien révéré par les musulmans que par les hindous. On trouve un peu partout sa photo dans des maisons ou des rickshaws.

Pour les amoureux des miracles voici un lien qui recense ceux qu’il réalisa de son vivant (cliquez ici).

Sai Baba de Shirdi avait remis à Hemadpant un de ses plus proches disciples, trois objets qui lui appartenaient. Sai Baba lui affirma qu’un jour il reviendrait pour les récupérer.

Le temps passa et les biens de Sai Baba furent transmis de génération en génération jusqu’au petit fils de Hemadpant. Ce secret n’était connu que de la famille qui attendit patiemment une manifestation divine pendant près de 80 ans   comme nous allons le voir.

Sai Baba avaient confié un shaligram (une pierre sacrée utilisée pendant les puja, prières hindoues), un petit trishul (trident), l’un des attributs de Shiva et un Jaap Mala, un chapelet. Ces objets ont été conservés dans la maison de Hemadpant à Bandra (quartier de Bombay) qui s’appelle Sai Niwas.

On raconte d’ailleurs une histoire à propos d’une première manifestation de Sai Baba dans cette maison. Un matin de 1917, Hemadpant eut une vision. Sai Baba lui rendit visite dans un rêve sous la forme d’un élégant Sanyasi (un Sanyasi est un Sâdhu qui est dans le dernier stade de renonciation de la vie) et lui dit qu’il viendrait prendre un repas le lendemain. C’était le jour de Holi à l’heure du déjeuner, la famille était réunie au grand complet et au moment de servir le ghee (du beurre clarifié), des bruits se firent entendre sur le pas de la porte. Lorsque Hemadpant ouvrit la porte il se retrouva face à face avec Ali Mohamed et Moulana Ismu Mujavar. Ils s’excusèrent d’interrompre le repas et lui donnèrent un paquet enveloppé dans un vieux papier journal. Une fois les deux inconnus partis, il ouvrit le paquet et vit à sa grande surprise une grande et belle photo de Sai Baba. Il ne put contrôler ses larmes. Cette photo fut alors placée sur le fauteuil réservé aux invités de prestige et des offrandes lui furent présentées. C’est ainsi que Sai Baba rendit visite à la famille dans la demeure de Sai Niwas en 1917, un an avant sa mort. Il n’est jamais revenu récupérer ses biens de son vivant. La famille a  cependant continué à attendre la venue de Sai Baba, persuadée qu’un jour ils assisteraient à une manifestation divine quelque soit la forme que Sai Baba prendrait.

Aujourd’hui encore de nombreux fidèles se rendent à Sai Niwas pas loin de chez nous à Bandra. Ils doivent probablement croiser une autre catégorie de pèlerins, ceux qui ont été illuminés par les stars de Bollywood, ces fans capables de passer des heures à attendre qu’un Shah Rukh Khan ou un Salman Khan montre sa bouille l’espace de quelques secondes. Dr. Joshi, quant à lui est à ranger dans la catégorie des fervents fidèles de Sai Baba. Il venait régulièrement à Sai Niwas pour les puja qui se tiennent depuis 1911, date de construction de la maison.

En Mai 1996, Dr. Aniruddha Joshi, notre futur Bapu, censé ignorer le secret familial, se rendit à Sai Niwas et demanda les biens ayant appartenu à Sai Baba. La famille fut stupéfaite d’enfin assister à la manifestation de Sai Baba comme il avait été dit. Cet évènement fut caché pendant deux ans à la demande de Bapu. Comment savait-il qu’il pouvait demander (exiger?) les biens de Sai Baba à la famille ? Le mystère reste entier… Quoiqu’il arrive, la famille fut heureuse que Sai Baba une fois encore se manifeste dans leur vie et dans leur famille sous forme humaine. Lorsque la nouvelle éclata au grand jour, les fidèles se rassemblèrent pour célébrer Bapu qui gagna alors ce nouveau nom.

Aujourd’hui des centaines de milliers de fidèles voient en lui la manifestation de Mahavishnu le premier avatar du dieu Vishnu. Nandamata, sa femme, est également vénérée comme une incarnation de Mata Lakshmi, la déesse de la richesse et de la bonne fortune.

Cela doit sembler étrange d’être considéré par des centaines de milliers de personnes comme la réincarnation d’un dieu. Lorsqu’on lit la réponse que donne Bapu sur l’un de ses sites internet à la question « Qui suis-je ? » on peut être surpris:

(Je ne suis pas un avatar, celui de personne/J’ai toujours été Aniruddha/Je suis Aniruddha/Et je serai toujours Aniruddha)

Cette déclaration laisse penser que cet homme ne désire pas être un énième avatar de dieu de l’hindouisme mais désire entrer au panthéon des dieux hindous dans l’éternité des temps.

Comme tout bon leader spirituel hindou ancré dans la tradition, Bapu s’adonne au plaisir de la création de mantras. Ces phrases sacrées que l’on prononce de manière répétitive et qu’un observateur extérieur peut avoir du mal à supporter. L’un d’entre eux a pour nom le Ghanta Mantra, ghanta signifiant la cloche. Les cloches ont une valeur symbolique dans cette religion comme dans d’autres d’ailleurs. Pour les hindous les faire sonner produit le son ॐ (AUM), le son primordial, origine de la création, la semence de laquelle le langage est issu… Pour ce mantra, Bapu a fait construire une cloche spéciale pour accompagner les fidèles, l’une est installée à Juinagar, non loin de Bombay, et l’autre dans le temple d’Aniruddha à Khar, précisément l’immeuble qui jouxte le notre (le temple est au rez-de chaussée d’un immeuble moderne dont la construction est probablement le fruit des donations des fidèles). C’est d’ailleurs le vice caché de notre appartement: prières incessantes et utilisation abusive de cette cloche dont on se passerait bien. De retour de vacances, il y avait une fête spéciale et les fidèles, un peu plus nombreux que d’habitude, ont prononcé des mantras sans arrêt du matin jusqu’au soir pendant 8 jours…Voici ce que nous endurons quotidiennement.

Le 1er Avril 2010, Bapu a partagé un  nouveau mantra avec ses fidèles. Nous n’entrerons pas dans le détail de celui-ci, mais Bapu a précisé que l’action du mantra dépendait de la croyance, de l’amour et de la dévotion de celui qui le prononce (certes….). Bapu a par ailleurs déclaré que lorsque quelqu’un adopte ce mantra comme son Gurumantra (mantra principal), il devient 50% meilleur que les autres… Ancien docteur en sciences, nous serions curieux de savoir sur quoi il base un tel calcul ? La destinée d’un homme ordinaire qui se métamorphose en réincarnation de dieu laisse songeur, mais en Inde tout est possible. Le fils de notre propriétaire (Sikh) nous a appris que Bapu (Hindou), ce dieu qui habite dans l’immeuble en face du notre aurait été vu par nos voisins (Jaïn) fumant un bon cigare, strictement banni par la religion hindoue…

Publicités

A propos kharwest

Nous sommes partis découvrir comment on vivait dans le sous-continent indien. Résultat des courses, une installation à Bombay dans le quartier de Khar West.
Cet article, publié dans La vie normale, Religion, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Dieu comme voisin

  1. Ping : Ganesh Chaturthi à Bombay une fête qui vaut le détour | kharwest

  2. Ping : OSHO, de la spiritualité sonnante et trébuchante ! | kharwest

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s