Parole de Mumbaikar, comment faire du biz…

L’Inde est spirituelle, où du moins c’est l’image qu’on aime lui prêter, mais l’Inde est avant tout un pays où il faut se battre pour vivre, où la moindre idée pour créer de l’argent est bonne à prendre. Voici ce qu’un Mumbaikar (habitant de Bombay) a partagé avec nous, un bref aperçu au travers de trois idées de cet esprit « imaginatif » indien nourri par des impératifs financiers.

Les plaques d’égout

Nous découvrons non sans joie le plaisir de chanter sous la pluie avec des trombes d’eau qui s’abattent sur Bombay ces derniers jours. L’eau est abondante, l’eau des ruelles vient alimenter les rues qui alimentent à leur tour des avenues qui finissent par donner naissance à des torrents. Au-delà de 20cm d’eau les rickshaws et autres taxis en profitent pour proposer une tarification abusive ou bien refusent tout simplement de faire une course car la menace de noyer son moteur est grande. Du coup c’est parfois à pied qu’il faut rentrer, mais le parcours est semé d’embuches. Non seulement les trottoirs sont défoncés laissant place à des trous rendus invisibles par l’eau, mais en plus certaines plaques d’égout ne sont plus là pour assurer leur rôle, elles sont dérobées pour être vendues 300 roupies à un ferrailleur. On attend de voir si les effets de la crise économique à venir amèneront les français  à voler puis vendre des plaques d’égout Pont à Mousson de Saint Gobain sur Ebay….

La pièce de 5 roupies

Les pièces indiennes sont faites en acier inoxydable et peuvent être fondues pour en faire des lames de rasoir.  Par exemple, avec une pièce de 5 roupies on peut obtenir 6 lames de rasoir. Une lame est revendue 2.5 roupies, ce qui fait qu’à partir de 5 roupies on en obtient 15, soit un profit de 10 roupies ! La contrebande de ces pièces vers la Birmanie, le Bangladesh ou le Népal est monnaie courante…

L’éternel habitant de bidonville

De vastes projets immobiliers ne cessent de remodeler la ville de Bombay. Certains bidonvilles sont évacués, puis des immeubles standings viennent remplacer les bâches et les bouts de tôle. Les habitants des bidonvilles sont malgré cela inclus dans les plans de réhabilitation et peuvent prétendre à des logements, certains appartements leur étant réservés.  Il parait que parfois ces appartements sont revendus ou loués par des individus qui préfèrent récupérer l’argent et continuer à habiter dans un bidonville en face…  Si tel est le cas, il se pourrait bien que certains habitants de bidonville soient propriétaires d’un, deux voire trois appartements!

Publicités

A propos kharwest

Nous sommes partis découvrir comment on vivait dans le sous-continent indien. Résultat des courses, une installation à Bombay dans le quartier de Khar West.
Cet article, publié dans La vie normale, Nouvelles indiennes, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s