Quand la mafia veut écrire son histoire – meurtre d’un journaliste

Le journaliste de MID DAY, J Dey, s’est fait assassiner début juin en plein jour alors qu’il montait sur sa moto. MID DAY est un tabloïd de Bombay dans lequel on peut lire les dernières histoires des stars bollywoodiennes, les histoires de violences domestiques ou encore les derniers faits d’armes de la mafia dont J Dey s’était fait l’un des spécialistes. Il avait la chance d’avoir régulièrement au téléphone Chhota Rajan et Santosh Shetty, deux chefs de bandes rivales qui lui rapportaient les derniers ragots de l’underworld.

En février dernier un article sur Shetty intitulé « J’ai tiré 4 balles sur Nepali » au sujet de l’assassinat du gangster Bharat Nepali faisait la une du journal. Ce reportage accrocheur appela Chhota Rajan à se manifester pour déclarer que c’était lui et non Shetty, qui avait tué Nepali! Un officier explique que Rajan avait l’habitude d’appeler Dey pour qu’il écrive des histoires sur sa personne et qu’il a eu l’impression que le journaliste en savait trop sur lui. Il s’est senti menacé par le fait que Dey écrivait des histoires sur son rival Shetty.

Quelles rivalités y a-t-il entre Rajan et Shetty ?

D’après la police, Shetty s’est joint au clan Rajan en 1994, juste après que ce dernier s’est séparé de Dawood Ibrahim. Shetty avait alors aidé Rajan à s’échapper de Dubai pour trouver refuge en Asie du Sud Est. Peu de temps après, Shetty s’est fait prendre dans une histoire de trafic de drogue, ce qui l’amena à passer 5 ans dans la prison de Nashik (ville du Maharashtra en Inde). C’est pendant ce séjour qu’il est entré en contact avec Bharat Nepali, lui aussi emprisonné mais pour son implication dans le meurtre de Datta Samant. Shetty a été acquitté en 1999. L’année suivante, lui et Nepali ont choisi de déplacer leur quartier général à Bangkok, d’où Chhota Rajan et son bras droit Rohit Verma menaient déjà leurs opérations.

En septembre 2000, les hommes de Chhota Shakeel ont tenté de tuer Chhota Rajan. Rajan a survécu mais Verma, son bras droit, y est resté. Rajan alors blessé fut admis à l’hôpital sous l’œil vigilant de la police thaïlandaise et ce fut grâce aux efforts de Shetty et Nepali que Rajan pu réussir à s’enfuir et sauver sa peau. Cet évènement fit de Shetty le membre le plus important du gang de Rajan et il dirigea alors toutes les opérations du gang. Mais en 2004, les chemins de Shetty et Rajan se séparèrent en raison de différents financiers…

En 2008, Nepali aussi se sépara de Rajan pour rejoindre Shetty. Mais Nepali se sentant étriqué dans son rôle projeta de tuer l’associé de Shetty. C’est à ce moment là que Shetty a décidé d’éliminer Nepali. Par ailleurs, Shetty qui forma un gang nommé le SS Syndicate avec son associé, déclara Rajan comme son pire ennemi et jura de détruire Chhota Rajan et son Empire…

Ici, on ne sait plus trop où est la réalité ou la fiction. Les chefs de gangs jouent le rôle d’un Scarface, mais leurs histoires pourtant réelles alimentent également les films sur la mafia qu’ils financent eux-mêmes pour blanchir leur argent et qu’ils regardent avec fierté probablement en se reconnaissant sur la toile. On se demande même si les mafieux de Bombay ne jouent pas une adaptation de leur vie qu’ils sont en train même de créer?

Retournons à l’histoire qui nous intéresse, celle de notre journaliste assassiné. La police a finalement mis la main sur 7 suspects qui ont confessé avoir été recrutés par Chhota Rajan. Pour le moment le motif du meurtre reste inconnu. Bien qu’un des détenus soit passé aux aveux, la police reste méfiante et préfère vérifier les informations avant de les divulguer. Les accusés ont découvert qui ils avaient tué le lendemain du meurtre en regardant les nouvelles à la télévision et ont été effrayés par l’ampleur de l’évènement. Ils avaient alors déjà touché la somme de Rs. 500.000 (environ 7500€) On peut se dire que ça ne fait pas beaucoup d’argent pour assassiner quelqu’un, mais ici on peut commanditer un meurtre pour Rs. 300 (5€) paraît-il…

Publicités

A propos kharwest

Nous sommes partis découvrir comment on vivait dans le sous-continent indien. Résultat des courses, une installation à Bombay dans le quartier de Khar West.
Cet article, publié dans Nouvelles indiennes, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s