Guerre d’influence, Bombay terre de gangs

Rajan (left) and Dawood (right)

L’Inde a son Ben Laden, mais celui-ci est encore en vie. Dawood Ibrahim et son D-Gang qui seraient derrière les multiples attentats à la bombe qui ont eu lieu durant les 20 dernières années à Bombay continue à vivre en toute impunité entre le Pakistan et les Émirats Arabes Unis. Ce qui a provoqué la frustration de l’Inde qui contrairement aux États-Unis, ne peut pas lancer une « frappe chirurgicale » sur le sol pakistanais. D’ailleurs, le 1er Mai sera-t-il remplacé par la fête de la mort d’Oussama aux États-Unis ? Depuis la partition de l’Empire Britannique en 1947 et les multiples conflits qui s’en sont suivis, il est difficile à l’Inde de collaborer avec son frère ennemi le Pakistan pour traquer l’homme le plus recherché du sous-continent indien. Signe que cette relation tendue perdure (outre l’éternel conflit du Cachemire), fin 2010, l’Inde a demandé au Pakistan à ce que les soldats qui participent à la cérémonie qui se déroule quotidiennement à la frontière Indo-pakistanaise montrent un visage un peu moins agressif. Le Pakistan a refusé, la cérémonie se poursuit comme avant (video ici).

Cette semaine, le frère de Dawood Ibrahim a été la cible d’une tentative de meurtre près de son domicile à Bindhi Bazaar, un quartier commerçant musulman très populaire de Bombay. D’après les réseaux mafieux, le D-Gang s’est lancé dans une chasse à l’homme. La cible ? Umaid Sheikh, un gangster d’une bande rivale, celle de Chotta Rajan, ancien lieutenant de Dawood Ibrahim. Il serait impliqué dans l’attaque de mardi dernier contre le frère de Dawood, Iqbal Kaskar, et dont le chauffeur a été tué par balle. Umaid  Sheikh est soupçonné d’avoir commandité à deux tueurs l’assassinat du chauffeur. Umaid Sheikh  est le seul nom qui a été révélé par ces derniers après l’interrogatoire mené par la police. Même le D-Gang aurait eu vent de l’implication d’Umaid, et désormais la chasse est ouverte. La police suspecte Chotta Rajan d’être derrière ce crime. Ce qui implique qu’il aurait brisé l’accord entre lui et Dawood de ne pas faire de mal à leurs familles respectives. Chotta Rajan a rapidement démenti, affirmant aux médias que Umaid avait agi de manière indépendante, et que ce dernier était le seul responsable de l’assassinat. La brigade criminelle de Bombay a une autre théorie. Le gang de Rajan a perdu de l’influence à Bombay ces derniers mois après le meurtre d’un de ses membres proches, Farid Tanasha, auquel il faut ajouter les rumeurs sur la santé de Rajan. Cette attaque pourrait être une manière d’affirmer à la ville que Chotta Rajan a toujours le contrôle de la ville. Affaire à suivre….

Publicités

A propos kharwest

Nous sommes partis découvrir comment on vivait dans le sous-continent indien. Résultat des courses, une installation à Bombay dans le quartier de Khar West.
Cet article, publié dans Nouvelles indiennes, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Guerre d’influence, Bombay terre de gangs

  1. Ping : Quand la mafia veut écrire son histoire – meurtre d’un journaliste | kharwest

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s