Ahmedabad, l’heure de la prière

On se dit forcément qu’avec un nom pareil la « ville d’Ahmed » doit avoir quelques héritages musulmans. Aujourd’hui environ 30% de la ville est musulmane et la distinction est nette, il y a d’un côté les quartiers musulmans, de l’autre les quartiers hindouistes.

Le Gujarat, dont Ahmedabad est la ville principale, a été le théâtre de conflits interconfessionnels sanglants il y a seulement 9 ans. Des musulmans avaient attaqué un train remplis de pèlerins hindous, provoquant la mort d’environ 60 d’entre eux. Quelques jours plus tard, le Visha Hindu Pasrishad (Le Conseil Mondial Hindou) lançait les premiers rassemblements sous la bénédiction du BJP (l’un des deux grands partis indiens, le second étant le Parti du Congrès au pouvoir actuellement), pour aller s’occuper de ces fils d’Allah. On trouve une enquête poussée d’un journaliste qui donne la parole aux hommes de mains qui sont allés sévir dans les quartiers musulmans. Ils décrivent dans le menu détail comment un homme se consume lorsqu’on lui verse du pétrole dessus et qu’on allume ensuite l’étincelle fatale… Plus de 2000 personnes ont trouvé la mort dans ces affrontements, en majorité des musulmans, mais aussi des chrétiens et des hindouistes. Enfin, passons ces épisodes tragiques de l’histoire très récente de l’Inde pour visiter quelques unes de ces mosquées dont ni les émeutes, ni les tremblements de terre (quoique les minarets sont un peu courts, les séismes ont nivelé tout ça…) n’ont pu venir à bout !

Sans distinction religieuses la sieste reste la discipline reine chez les indiens. Ici, l’homme se fait discret sous ces étonnantes lettres calligraphiées.

La cour intérieure à l’abri de la ville tumultueuse est magnifique. Ahmedabad est un bazar gigantesque, cette cour est miraculeuse pour qui veut trouver le repos.

Certains éléments révèlent un travail minutieux. A peu près toutes les mosquées de la ville portent ces belles ornementations de fleurs sculptées de part et d’autre de l’entrée de la salle de prière.

                                                                             Un des rares minarets qui a été épargné par les tremblements de terre. Lui aussi a été bien travaillé.

L’architecte a bien ciselé la paroi qui sert de terrain de jeu à des dizaines d’écureuils (pour mieux voir l’écureuil cliquez sur la photo!).

Cette mosquée-ci n’a pas eu la chance de conserver ses minarets debout, séisme oblige.

Pour avoir une idée de l’intérieur de ces moquées indiennes.

Comme le Gujarat est un état où il fait un peu chaud, il fait dans les 45°C en ce moment, et cela pendant deux, trois mois, la prière se fait quasiment en plein air. Petit commentaire, c’est drôle de se retrouver dans un pays où les musulmans prient vers l’ouest. Pour le coup ça marche, c’est pas comme l’eau des robinets qui se viderait dans l’autre sens dans l’hémisphère sud grâce la théorique force de Coriolis…Allah met les fidèles de l’est en face des fidèles de l’ouest, dans un jeu de miroir dont la Mecque est le centre!

Publicités

A propos kharwest

Nous sommes partis découvrir comment on vivait dans le sous-continent indien. Résultat des courses, une installation à Bombay dans le quartier de Khar West.
Cet article, publié dans Déambulations, Religion, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Ahmedabad, l’heure de la prière

  1. Ping : Emeute et carnage dans le Rajasthan, l’Inde moderne, pacifiste et laïque? | kharwest

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s