La nuit la plus froide de l’année

Les vendeurs de rue ont élargi leur gamme de produits ces jours ci puisqu’on peut facilement trouver parmi les multiples bricoles, des bonnets. Les températures ont chuté, surtout la nuit. Les chauffeurs de rickshaw ont sorti leurs écharpes, d’autres ont adopté un bonnet ou encore des couvre oreilles thème camouflage. Le soir, l’homme de la rue alimente un foyer avec tout ce qu’il peut trouver comme combustible, des odeurs légèrement toxiques s’en dégagent… La nuit du 22 au 23 décembre a été la plus froide à Bombay jusqu’à présent, la température est passée sous les 15°C, 14°C exactement. On a même été obligé d’enfiler une petite laine pour profiter pleinement d’un cocktail en bord de mer ! Nous pensons très fort à la France qui a froid en ces jours de fête, la France trop contente de cacher son actualité politique derrière ses flocons : « mon Dieu, il neige en hiver ! ». Le climat serait-il en train de se dérégler ?

Le climat d’ailleurs a été défavorable à l’agriculture dans le Maharashtra, plus particulièrement les pluies intempestives du mois de novembre n’ont pas permis une production suffisante d’oignons. Catastrophe, l’oignon fait parti de la base des plats délicieux que l’on peut manger ici (imaginez un peu: restriction sur le beurre à Lille ou l’huile d’olive à Marseille)! C’est ainsi que le Pakistan et l’Inde, qui normalement se refusent à mettre leurs « oignons » dans le même panier, sont arrivés à un accord. Alors que le Maharashtra a bloqué ses exportations d’oignons, il a conjointement importé d’importantes quantités d’oignons qui viennent par containers entiers du Pakistan pour faire baisser les prix qui ont été multipliés par 2 voire 3 en quelques semaines. Le prix du kilo est d’environ 1€60 en cette fin décembre alors qu’ici on fait facilement ses courses de légumes pour 5€ par semaine à tout casser. A défaut de pleurer en coupant des oignons, les gens pleureront de ne pas pouvoir en acheter pendant quelques temps…

Avant de partir découvrir les merveilles du Maharashtra pour ce week-end de Noël (d’ailleurs un samedi férié à quoi ça sert?), je voulais vous faire part d’une ou deux scènes causasses de ces derniers jours :

– la police qui détruit un bidonville construit sur le trottoir qui se trouve en face de la « Slum Rehabilitation Authority », institution administrative indienne qui gère les programmes de réhabilitation des bidonvilles

– une rue quasiment bloquée avec au moins 200 curieux qui regardaient une dizaine de soldats du feu sur le toit de leur camion de pompier qui eux même regardaient l’un d’entre eux tendre une longue perche pour décrocher un pigeon pris dans les branches d’un arbre

– un gardien de terrain vague qui a profité de la couverture d’un arbre devant la palissade en tôle qui délimite le terrain pour découper juste derrière le tronc une ouverture discrète et créer un business de thé et de sandwich pour arrondir ses fins de mois… L’Inde fourmille d’entrepreneurs!

Publicités

A propos kharwest

Nous sommes partis découvrir comment on vivait dans le sous-continent indien. Résultat des courses, une installation à Bombay dans le quartier de Khar West.
Cet article, publié dans Bizarreries, La vie normale, Nouvelles indiennes, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s