Une journée à l’appart

Le matin c’est l’attente de l’eau qui vient remplir les tuyaux. Au réveil, parfois, on s’aventure à ouvrir un robinet qui n’est bon qu’à produire de faibles gargouillis, comme s’il n’avait rien eu à se mettre sous la dent depuis la veille.

Ceci n’est pas sans causer de soucis au dentiste qui est au rez-de-chaussée de l’immeuble. Chaque matin, c’est le même manège, il vient vérifier si les réservoirs d’eau sont bien remplis sans quoi il ne peut exercer sa profession. Juste avant qu’il n’arrive, des rats de taille convenable se chamaillent. D’ailleurs, bien que des chats rodent souvent dans les parages et pourraient servir de gardiens, ils ne font pas le poids, ils sont trop menus…

Je ne pense pas mettre les pieds chez ce dentiste dont les diplômes, accrochés au mur, sont tellement vieux qu’ils ont été jaunis par le temps. En passant devant son cabinet, il arrive qu’on entende quelques cris étouffés… A part ça, il a quand même le mérite de bosser le samedi. Les professions libérales demandent un investissement important en Inde, surtout pour ce qui concerne les heures de travail. Voyez par vous-même :

Plus tard dans la matinée les maids arrivent. Quand on est arrivé on a demandé naïvement où se trouvaient les poubelles et s’il fallait faire le tri. La femme du propriétaire a souri en nous disant que ça n’était pas un problème. J’ai rapidement compris pourquoi. La gestion des déchets se fait à la source, soit à l’arrière de l’immeuble juste à côté de l’arbre-temple.

Tous les sacs sont ouverts, décortiqués pour en sortir papiers, plastics, déchets organiques etc… Si par miracle, de la nourriture est trouvée dans une des poubelles, en petite quantité la maid finit les restes, en grande quantité, elle appelle ses copines pour partager. Les papiers sont apportés dans les boutiques qui l’achètent au kilo (variation des prix quotidienne notée à la craie sur leur devanture), sinon, les plastiques recyclables partent chez un spécialiste du plastique. Les déchets restants sont parfois emportés par un camion poubelle soit brûlés directement (c’est le moment où il faut fermer les fenêtres, mais ça arrive très rarement !).

Le propriétaire a insisté pour que l’une des maids vienne chaque jour nettoyer la salle de bain. Un jour, elle sonne et je m’approche pour lui ouvrir lorsque tout à coup je vois un cafard énorme devant la porte. Sympathique petite bête qui vient accueillir la maid. Un peu gêné j’ouvre la porte et lui montre l’intrus. Elle m’offre un grand sourire et me dit « koukrach !». Elle prend son petit balai et entre en lutte une bonne minute avec lui avant de l’expulser dans la cage d’escalier. Le cafard indien ne se balade pas en meute mais même seul il en impose.

Pour terminer mais avec quelque chose de moins intéressant, voici un petit récit de botanique. Histoire d’agrémenter notre chez nous, nous sommes allés acheter quelques plantes dont un bougainvillier. On lui donne l’eau nécessaire à sa survie. Mais je me suis aperçu qu’un corps étranger s’était développé au moment même où j’étais en train d’écrire ce post. Je ne sais pas si ça vient de l’eau qu’on y verse ou si le développement de cet espèce de champignon est normale ici mais en moins de 24h voici ce qu’il s’est développé:

Publicités

A propos kharwest

Nous sommes partis découvrir comment on vivait dans le sous-continent indien. Résultat des courses, une installation à Bombay dans le quartier de Khar West.
Cet article, publié dans La vie normale, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s